11/ 07/ 2020

Ajd j’ai sorti Lotus de la pâture après lui avoir fait un « carré » dans l’herbe derrière la haie. Potrillo était déboussolé. Chez les voisins, à côté, un des 2 chevaux était de sortie aussi donc celui qui restait seul ne faisait pas le malin non plus.

Tant qu’il n’a pas son licol Potrillo reste indifférent si on lui demande quelque chose. Pas l’habitude de « dialoguer » en liberté. Va falloir changer ça.

En revenant le chercher j’ai fait des aller-retour, avançant quand il était calme et demi-tour s’il hennissait. Je ne sais pas si ça aura une incidence car il est encore focalisé sur ses congénères sans se sentir vraiment sécure auprès de l’humain.

Ensuite on est allé dédramatiser le rondelonge. J’avais pas encore fermé la porte qu’il galopait de droite et de gauche au bout de sa longe comme un poisson ou bout d’un hameçon (de 2m)

Donc je l’ai juste massé, gratté, relaxé, jusqu’à ce qu’il soit serein. Et des 2 côtés. Il a fini par se poser. Ensuite j’ai révisé le contrôle des épaules, hanches, reculer, dès que je touchais les hanches il repartait comme un fou en cercle. On a donc fait bcp de « relaxation » et une fois le cerveau reconnecté il s’est souvenu qu’il fallait juste faire un pas en croisant soigneusement son postérieur devant l’autre.

En sortant il s’est focalisé sur lotus derrière la haie, prêt à péter en l’air. On a donc révisé pas rapide/ pas lent/ arrêts et quand il y a des « ratés », corriger son attitude : s’il dépasse, qu’il se calme, immobile en faisant face. S’il est trop près, rétablir la distance de sécurité en reculant.

Ensuite ya fallu passer la porte malgré le bruit étrange et terrible… Lotus qui s’empiffrait se fichait pas mal de lever la tête pour qu’on le voie dépasser donc il y a eu un moment de suspense quand Potrillo prêt à se sauver a osé regarder derrière les feuilles… heureuse surprise c’était son coloc ! haaaa ouf

On a donc fait 180m de « promenade » (en au moins 30 min) entre observation en mode périscope, coups d’oeil à lotus pour savoir ce qu’il fallait faire (rien, juste profiter de la vie !) observation de près (il a quand même reniflé un bac à fleurs, un rocher, une barrière et une porte ! )

quelques brout-brout timides. Quelle tristesse que ce cheval n’ait jamais brouté autre chose que l’herbe de son pré depuis des années ! Là il a goûté plusieurs sortes de branches, d’herbes longues et courtes, Comme un poulain il est partagé entre regarder le paysage, renifler les nouveautés, surveiller Lotus du coin de l’oeil pour se rassurer.

On a donc fait un petit tour, observé la rivière. On est passé hors de vue de Lotus et le stress a monté d’un cran. J’ai massé jusqu’à ce qu’il se relaxe et on est rentré en décomposant le passage de porte. Pas la peine de précipiter en faisant demi-tour comme si j’allais lui mettre le ruban électrique au c*** ! Je l’ai avancé pas à pas, ensuite fait tourner lentement.

Tout ça commence à venir Il redescend plus vite en pression, il se relaxe plus vite (machouille, souffle, met le nez au sol)

Il y a juste eu un ou 2 moments où il « force » vers moi, le poitrail en avant (quand il stresse il a tendance à se « coller ») je l’ai remis doucement à sa place et la 2ème fois, un peu plus fort. Il s’est reculé vite mais sans paniquer, il a compris que si je gronde il suffit de se remettre « bien » et il n’y a pas de représailles, que des récompenses une fois qu’il est à sa place.

ensuite mise du chasse-mouches en liberté : il ne baisse pas la tête mais se laisse faire.

Il a attendu serein que j’aille chercher Lotus en reniflant, perplexe le greenguard. Je lui ai proposé de lui en acheter un mais je ne crois pas que ça lui fasse plaisir. il devait être intrigué par l’odeur de lessive (son licol ne passe pas souvent à la machine).

Que de nouveautés aujourd’hui. Et que de réussites aussi !

Ce contenu a été publié dans Potrillo. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.